Une plateforme de streaming qui essaie de percer propose de replanter des arbres en fonction du nombre d’écoutes des internautes. On fonce !

Spotify, Apple Music et Deezer : à eux trois, ces géants du streaming musical pèsent plus de 150 millions d’abonnés payants dans le monde. En mettant chacun à disposition via leurs plateformes des dizaines de millions de titres, ce modèle de streaming autrefois décrié par certains professionnels encore désespérément accrochés au format CD a pourtant sauvé les majors du disque, pesant par exemple désormais aux Etats-Unis plus de 75% des revenus générés par l’industrie musicale.

Mais comment espérer percer face à de tels mastodontes lorsque l’on veut se lancer dans l’aventure ? Et, du point de vue des artistes, de quelle visibilité peut-on rêver en s’affichant sur des sites qui revendiquent proposer 125 000 nouvelles chansons chaque semaine (dans le cas de Deezer) ? Y’a-t-il un espoir de briller aux côtés de Jul et Aya Nakamura, les deux artistes les plus streamés en France en 2018 ?

Feedbands a décidé de tenter sa chance en lançant sa propre plateforme. Mais pour se différencier des mastodontes du secteur, elle a choisi de miser sur deux atouts : les artistes indépendants d’un côté, un engagement environnemental de l’autre. Pour les artistes, nous nous garderons bien de formuler tout jugement de valeur, tous les goûts étant dans la Nature. Sachez tout de même que tous les genres musicaux sont disponibles, et que Feedbands se vante de rémunérer les artistes 2 à 3 fois mieux que ce que fait Spotify.

Attardons-nous en revanche sur l’engagement environnemental de Feedbands : la lutte contre la déforestation, aux côtés de l’ONG spécialisée Trees for the future. Constatant que les forêts perdent du terrain partout sur la planète, pour laisser place à des élevages ou à des cultures intensives, l’ONG a choisi de mener un combat, celui de replanter des « jardins forestiers ». Soit, sur une même parcelle, réunir à la fois des arbres, des arbres fruitiers, et des plantes agricoles, autant d’espèces sélectionnées qui pousseront en symbiose et qui, une fois à maturité, garantiront une source de nourriture pour les familles concernées par ces jardins, de l’alimentation pour le bétail, mais aussi de quoi se chauffer et un excédent de fruits et légumes pour développer une activité commerciale. Le résultat est spectaculaire, puisque les revenus des familles qui se convertissent aux jardins forestiers augmentent, d’après l’ONG, de 400% dans les 4 ans.

Trees for the future s’est fixée un but : planter 500 millions d’arbres et éradiquer la faim et la pauvreté pour 1 million de familles d’ici 2025. Pour l’aider, l’internaute amateur de musique et utilisateur de Feedbands a un rôle à jouer : toutes les 100 écoutes, Feedbands finance la plantation d’un arbre. Il en va de même, pour chaque vinyl vendu d’un artiste découvert par le site. Lancée au début de l’année 2019, cette opération a déjà permis de replanter près de 6500 arbres.

Imaginez un peu ce que pourrait devenir ce chiffre si Feedbands arrivait ne serait-ce qu’à la cheville de Deezer, Spotify et Apple Music…

Photo : Compte Instagram de Feedbands